Ce matin là…

Ce matin là, je me réveille reposée et détendue comme jamais. Une douce lumière caresse ma joue, je me sens bien, limite on se croirait dans une scène de film tellement ça semble parfait… Je me cache sous la couette pour gagner encore quelques minutes entre veille et sommeil…

Mais je savais que ça serait de courte durée ! Mahé et Liah déboulent dans la chambre et sautent sur mon lit en riant. Avalanche de gros bisous, de gros câlins et… Outch… Quelques coups de pied dans le ventre, bien involontaires mais qui n’en sont pas moins douloureux !

Soudain le bruit tonitruant de Gulli résonne d’un coup dans ma chambre ! Yen a un qui a trouvé la télécommande !!

Ok j’abandonne mon lit aux gentils monstres et je file préparer le petit déjeuner, non sans les embrasser et les serrer encore une fois dans mes bras avant de prendre mon élan pour me lever.

C’est tellement bon de sentir leur joues toutes chaudes contre moi, les petites mains de Liah dans mes cheveux, me serrant contre elle, en m’en arrachant quelques uns au passage. Hummm je les mangerai tellement je les aime… Je les regarde avant de quitter la chambre, et c’est comme une ombre qui passe dans mon esprit… Quelque chose ne va pas. Mais quoi ? Je suis là, dans l’encadrement de la porte, mais je ne sais pas… Non sans doute une impression… Qu’est ce que j’ai oublié ?

Bof, ça me reviendra !

Avant tout, le p’tit dej pour mes deux affamés.

David mon mari est parti travailler, et je profite du mercredi avec les enfants, sans la contrainte de l’aller retour à l’école et du réveil matin. Depuis que j’ai arrêté de travailler, je peux profiter à 200% de cette vie de famille si douces. Enfin, douce, par moment, car elle est si vide parfois !! C’est cela aussi la joie du congé parental ! C’est un vrai défi de s’épanouir dans les taches ménagères diverses. Si si !! Je vous assure ! Encore pire défi d’assumer d’être en retard dans ses lessives, parce que oui, Lucie avait vraiment besoin de moi ce matin, c’est pour ça que j’ai papoté 3h avec elle sur facebook !!

Mais aujourd’hui c’est mercredi, on va aller à la ludothèque et cette après midi, nous irons voir un p’tit spectacle tout les 3. Il faut qu’on fasse plein de choses ensemble, qu’on partage plein d’expérience tant qu’on le peut !

Le p’tit déjeuner est prêeeeeet !!! Mahé arrive en courant. Punaise il a encore faillit se manger le mur ! Pourquoi court il en regardant derrière lui… P’tit bonhomme, 2 ans déjà. Il grandit trop vite. Enfin c’est bien ce qu’il est sensé faire ! Grandir, ne jamais s’arrêter de grandir…

« Mais où est ta sœur ? »

«  Liaaaah !!! »

Pourquoi j’ai ce nœud au ventre ?! Je déteste ça.

« Liah ?!! »

J’arrive dans la chambre et bien sûr, elle est scotchée devant les dessins animés, quoi d’autre ? Je respire.

« Allé file, ton p’tit dej est prêt nénette ! » Miam, un p’tit bisou au passage !

«  Oui ouiiiii… ok… Tu peux mettre Gulli dans le salon… »

On ne sait jamais, si cette fois ci, la princesse ne retrouvait pas son prince à la fin… Suspens intenable du dixième visionnage de ce Disney… Les enfants peuvent se lasser si vite de quelque chose et pourtant avec certaines autres, ne JAMAIS se lasser. Désespérant comme leurs lubies sont rarement en phase avec mes goûts…

Allé on s’habille et on se prépare. Liah, à 6 ans, se débrouille comme une grande… Un peu trop d’ailleurs, car les 2/3 vêtements piochés dans son armoires sont rarement assortis ! Je ris intérieurement et je lui conseille autre chose. Parfois elle plie. Souvent je plie. Après tout, les diktats de la mode n’influent pas sur elle ? Ma fille a de la personnalité, je vais plutôt le prendre comme ça.

Je la regarde se coiffer devant le miroir… Elle est si jolie. Cette façon gauche d’être habillée si touchante. Ses cheveux en bataille… Encore, ce coup au cœur qui cette fois me « force » à la serrer fort dans mes bras. Ne leur dit-on jamais assez qu’on les aime ?

Tout le monde est prêt, départ pour la ludo ! Goo !

On monte en voiture, tout le monde est attaché ? C’est ok.

On est un peu en retard sur le programme que j’avais prévu. Allé j’accélère un peu, après tout, je la connais par cœur cette route… Arf non… Restons raisonnable, un accident est si vite arrivé… Et puis tous ces virages… Aller, tranquille… Comme d’hab.

Et soudain, je vois une voiture au loin devant freiner brusquement juste avant un virage… Elle perd légèrement le contrôle, mais redresse et reprend sa route en accélérant encore plus et faisant ronfler le moteur et crisser les pneus… Pff toujours des crétins pour faire n’importe quoi sur la route !!

Cet abruti m’a fait peur, nan mais je rêve. J’ai les mains qui tremblent un peu et je suis en colère. Tellement en colère !!! Ca fait l’imbécile mais il ne lui arrive rien à lui !! C’est tellement injuste…

Injuste… Pourquoi injuste, je me demande bien pourquoi je pense à ça, mais ça déborde de moi.

Un coup d’œil dans le rétro.

« «Pourquoi tu t’énerve maman ?? »

«  Euh non, pour rien. Ya un imbécile qui conduisait n’importe comment c’est rien. »

« Pourquoi il conduit n’importe comment ? »

« Alors ça bonne question… Pour faire son intéressant peut être »

« Pourquoi c’est intéressant ? »

« Ca ne l’est pas chérie, il est bête le monsieur, il roulait trop vite. C’est bon les questions là ! Je conduis moi ! »

Nous voilà à la ludo, je dois être encore bien bouleversée, je ne me souviens même plus du reste de la route et d’où je me suis garée… Peu importe…

De toute la matinée je n’arrive pas à me défaire de ce sentiment de colère et d’injustice que je ressens. Je suis avec les enfants, mais c’est autre chose qui occupe mon esprit. Il y a quelque chose qui cloche. Mais ils sont là, tout va bien…

Etre parent, c’est souvent ce sentiment qui nous submerge. On les perd des yeux au parc et en quelques secondes mille scénario tournent dans notre esprits, plus vite et de façon encore plus tordue que dans celui de Nic Pizzolato !

Hors de notre vue, on les imagine livrés à eux-mêmes, courant les plus grands dangers, risquant les choses les plus graves qui remplissent nos fils d’actualité et la rubrique « fait divers » qui fait encore et toujours couler autant d’encre.

En notre présence, on les imagine en sécurité… Ah la vie est faite de bien des illusions… Et l’homme se sent tellement au dessus de beaucoup de choses… On croit tout contrôler.

Je ne me sens pas très bien, il faut que je prenne l’air

« Venez, on va jouer un peu dehors les enfants ! »

« Ouiii trop bien !! »

« Maman on fait la course jusqu’au toboggan ?!! »

Chacun, ils me prennent une main et m’embarquent vers les structures de jeux. Me revoilà redevenue une enfant. J’adore ce sentiment. Je me mets à leur niveau pour leur faire plaisir, mais c’est en fait un plaisir personnel que j’assouvi en secret ! Voir la vie, l’espace de quelques minutes, avec des yeux d’enfants ! C’est se faire à soi même un bien joli cadeau.

Je ris avec eux, on se balance, on joue dans l’herbe, on se chatouille. Entendre leurs rires, mon dieu, il n’y a pas de plus joli sons que celui là. Ca pourrait être une drogue. C’est sans doute ma plus grande source d’énergie. Liah est tellement belle quand elle rit. Ses yeux si brillant, si expressif…

Je me sens mal pourtant. J’ai chaud en plus. Je transpire. Je suis en t-shirt et j’ai l’impression d’être couverte comme tout ! Mais, où sont les enfants ? Ils ont échappés à ma vue. Ces fameuses 5s d’inattention où on imagine le pire. On y est.

J’ai un très mauvais pressentiment. Il se passe quelque chose. Je le sentais depuis ce matin, bon sang…

Le portail est ouvert. La route juste devant. Je cours la peur au ventre.

Je vois Mahé au loin, il va ramasser le ballon qui est passé par-dessus le grillage. Pas de voiture, ouf ! Mais je ne vois plus Liah ! J’attrape Mahé par la main au passage et je continue de courir, courir… Combien de temps je cours je ne sais pas… Tout est blanc autour de moi…

J’aperçois Liah au loin, dans la prairie. Je ne savais pas qu’il y avait un tel endroit ici. D’ailleurs je ne sais pas où on est, ça va être compliqué pour retrouver notre chemin. Mais je continue de courir pour la retrouver.

Je la vois elle danse sous ce bel arbre, elle joue avec des bulles de savons dans cette jolie petite robe blanche. Mais il va arriver quelque chose de terrible je le sais. Je ne sens plus vraiment l’herbe sous mes pieds, je cours comme si je n’avançais pas. Rien n’est normal. Je veux juste me rapprocher et la serrer dans mes bras.

Et puis, ça arrive. Je vois cette magnifique bulle de savon éclater juste devant moi… Au ralenti. J’ai le temps de voir toutes les couleurs de l’arc en ciel dessus. Mes doigts effleurent une mèche de ses cheveux et là, juste à cet instant cette nuée blanche me submerge. Je ne vois plus rien et j’ai l’impression de devoir m’accrocher pour rester là… Mais rien n’y fait… Elle danse comme si de rien était… Liaaah ! Liaaaahh !!

Puis tout est noir… Je sens la couette lourde sur moi, j’ai tellement chaud, j’ai mal à tous mes muscles… Mes yeux sont mouillés. Je les serre si forts, comme si c’était possible que je disparaisse de nouveau dans mes songes… Mes mains sont crispées sur l’oreiller.

Nonnn, nonn, nonnn !!!! Je ne voulais pas me réveiller… Juste la serrer…

La serrer encore une fois tout contre moi…

bulle1

Publicités

5 commentaires sur “Ce matin là…

  1. Whaouu Jess encore une fois tu m’a bleuffée..Bravo ! J aime beaucoup.ca change, c est different et tjs aussi passionnant.On ressent tous..on voit la scene comme un film..on n arrive presque a sentir la meche de cheveux sous nos doigts.Je t embrasse fort fort fort ma Liah d amour ♡ ♡ ♡ ma petite brunette adorée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s