Surmonter…

Il y a nombre de chose que l’on pense ne jamais pouvoir surmonter… De petites ou grandes épreuves. On arrive même à s’en mettre qui n’en sont pas…

Et puis il y a ces choses, dont on dit qu’elle ne se surmonte pas. C’est ainsi, c’est un fait avéré. Par tous.

La perte d’un enfant ne se surmonte pas. On ne tournera jamais la page, on ne vaincra jamais cette douleur, le vide sera toujours aussi immense. Et puis ça n’est pas comme si nous voudrions que cela soit autrement. Non. Même pas. Il ne reste que ça de palpable.

Et pourtant, on passera chaque minute, de chaque heure, de chaque journée de cette vie qui nous reste, à tenter de surmonter… Surmonter quoi… On ne sait pas vraiment… Jusqu’à ce que l’image se fasse plus nette.

On doit surmonter… le fait d’être en vie.

Surmonter le fait de pouvoir vivre sans elle.

Surmonter d’avoir à continuer. Dans ce monde trop dur pour nous…

On peut le voir comme une montagne sans fin que l’on arrivera JAMAIS à escalader jusqu’à son sommet puisqu’elle est infinie. Ou on peut choisir de voir chaque rocher à escalader, sans même regarder ce qu’il reste devant. Faire abstraction. Comme lorsqu’on évite de regarder en bas car on a le vertige…

Et c’est ainsi qu’on surmonte chaque journée. En ne regardant pas plus loin. On fait semblant. On est dans un autre monde et personne ne peut le comprendre, alors à quoi bon…

Les gens sont faits de raison et de logique. J’entends leurs mots, leur façon de voir les choses, non dénuée de sens d’ailleurs. Loin de là. Dans l’absolu, je suis souvent plutôt d’accord. Dans l’absolu de LEUR monde. Je m’en rappelle, alors je peux donner mon avis, participer encore à ce monde qui n’est plus le mien. Avoir une réaction que j’aurai pu avoir AVANT. Plaisanter d’un sujet qui me faisait rire AVANT. Mais je remarque juste que ça ne me concerne pas moi. Ca ne me concerne plus.

La logique ne me prend plus en compte. Je suis une donnée à part. Mais je suis encore là et c’est à moi de m’adapter, faisant en sorte que cela soit le plus supportable possible, le moins blessant possible. Pour les autres ou moi-même. A force d’entrainement, ça fonctionne un peu1958232_10203518445383024_1633638750_n

Je ne garde qu’une chose en tête, qu’un seul objectif dans ma vie. Etre là pour les beaux yeux bleux de mon fils… Faire en sorte d’être LA…

On dit qu’on ne peut surmonter la mort de son enfant.

Moi je pense qu’on la surmonte chaque minute passée à accepter de vivre cette vie sans lui. Et chaque minute, à contre cœur, on voudrait s’éffondrer ou disparaitre… Mais on surmonte…

Publicités

Vivre avec…

Vivre avec…

Au cours de ces derniers mois, j’ai souvent entendu cette 1506571_10203641017447249_1132835536_nphrase « Il faut apprendre à vivre avec… » Et en moi je criais  SANS !! J’apprends à vivre SANS ma fille !! Vivre sans Liah… Ca n’as toujours aucun sens… Ca n’en aura jamais aucun…

Mais tout bouge tellement autour de moi, sans arrêt… Je suis comme au cœur d’une tornade, et tout tourne autour de moi… Comme dans ma tête, ça tourne…

Et parfois, je lève la tête et je m’arrête… et une expression que j’ai tant entendu prend un tout nouveau sens…

Vivre avec…

Je vis aujourd’hui avec tellement de chose… Comme un sportif qui se rajoute des poids aux chevilles avant d’aller courir… J’ai cet effet d’être entraver à chacun de mes pas, de devoir faire le double d’effort pour TOUT…

Je n’ai pas choisi ce avec quoi je vis… Ce avec quoi je me réveille chaque matin, déjà épuisée en ouvrant les yeux et en réalisant ENCORE…

Je ne l’ai pas choisi, mais je l’ai induit… Juste ça, il faut vivre avec…

Comment puis-je me rajouter d’autre poids… Je n’ai pas encore trouvé… Il le faudra bien pourtant, la vie n’en a sans doute pas fini avec moi… Cela risque d’être bien long…

Je suis au bord du vide et je n’attendrai pas que l’on me pousse au fond, sous prétexte que c’est agaçant de me voir là si près du bord, à deux doigts de perdre l’équilibre… Si j’avais dû y plonger, je l’aurai fait moi-même ! Non, je resterai là, jusqu’à ce que je me sente d’aplomb pour esquisser un pas, en avant.

1779347_10201614853673165_432774348_nEvidemment, lorsque l’on vous tend la main, cela facilite les choses…

A ma colère ne peut s’ajouter celle des autres. Elle trouve sans doute son fondement plus dans l’incompréhension qu’autre chose… Mais ça reste impossible, ingérable pour moi…

Alors comme tout un chacun, je vis AVEC beaucoup de choses négatives… Mais je  peux choisir de m’accrocher aux choses positives. Plus rares, elles sont aussi plus lumineuses et durables !

Merci pour vos sourires bienveillants, vos attentions, comme une caresse sur mon cœur, vos mots doux… En voici quelques exemples…

a94f37c568193e205802300884e5d1e8