La magie de Noël

 

Le mois de décembre…

Un mois de fête, un mois où nous attendons de voir notre famille, nos amis pour passer des moments de réjouissance ensemble. Gâter les enfants, manger de bons plats préparés avec amour. Trouver LE cadeau qui fera plaisir. Faire son sapin et sa déco de Noël…

C’est le mois de décembre tel que le vit, la plupart des gens.

Et puis il y a ceux, pour lesquels ce mois de réjouissance fait encore plus sentir l’absence.

L’absence d’êtres chers qui ne partageront pas cette gaieté, ce repas, l’ouverture des cadeaux. Et là, en une fraction de seconde, dans notre tête, c’est l’enfer sur terre.

Alors j’entends parler de la magie de Noël… C’est quoi la magie de Noël. Je ne vois nulle magie avec l’arrivée de ces jours dorés. Pas de miracle. La peine est toujours là. La douleur, la même. Au lieu de vivre tranquillement, il faut encore plus d’énergie pour participer à ce passage de l’année. L’horreur…

Sauf que « la magie de Noël » ça ne tombe pas tout cru dans le bec. En fait, c’est comme un peu tout dans la vie, faut aller la chercher ! Il faut aussi pouvoir le faire, je vous l’accorde. Et savoir qu’elle est là, à notre portée. C’est quelque chose que ce mois de décembre m’a appris.

Cette magie, c’est tout simplement la magie de la vie, qui transcende tout et qui veut se faire une place plus grande en cette période. Noël n’est pas là pour qu’on ressente encore plus l’absence, non, ça n’est pas cela. Il n’est pas là pour « faire la fête » est faire semblant d’être heureux « comme tout le monde » et faire ses corvées annuelles en allant aux repas de famille etc

Non, c’est un moment de partage. Un moment où l’on peut faire briller des étoiles sur le toit de sa maison, comme j’aimerai en mettre toute l’année, juste pour que ça brille et faire un coucou à ma princesse.

C’est une période où on peut se rapprocher de la lumière en illuminant sa maison de plein de petites lumières. Une période où l’on peut accrocher des petits anges dans le sapin, faire sa déco en ayant dans le cœur une personne, et faire que l’espace se remplisse de cette personne, par petite touche…

Je sais que nombre de personne sont tristes de cette période. N’ont pas envie de faire de sapin, tout simplement. C’est une période où les enfants sont au cœur de la fête, et quand on a perdu le sien, le sens de tout ceci est difficile à trouver. Mais il y en a un, plus que jamais.

Il faut le vivre pleinement pour que cela ait un sens. Faire ce dont on a vraiment envie, partager des instants vrais. Il n’y a plus de place que pour « le vrai », l’essentiel dans notre vie.

Liah se trouve dans chaque lumière, chaque étoile, chaque plume que j’ai installé chez moi avec amour. Elle brille dans chaque paillette scintillante, vit dans chaque éclat de rire de Mahé. Plus il grandit, plus je la vois en lui. Dans chaque étincelle de ses yeux, chaque instant où il s’émerveille, Liah n’est pas loin.

C’est ça la magie de Noël. Elle ne « s’enferme pas sous Cristal » il faut la découvrir par soi-même, la comprendre et la laisser vivre.

Je vous souhaite des fêtes de Noël, les plus douces possibles.

photo apin (800x648)

Merci de ne pas être parfait…

 

Cela fait plus d’un an maintenant qu’une rage indicible bouillonne en moi…

Cette rage, elle est normale, mais je me dois, non pas de la combattre, mais de la contenir.

Car elle est dirigée contre moi-même, s’est alliée à cette culpabilité envahissante et fait de moi ce que je ne suis pas.

Ce combat je devrais le mener pour moi-même, mais je n’en suis pas encore capable. Alors je le mène pour mon fils.

Et puis, il y a des gens autour de moi, la vie tourne, toute ces étoiles passent, filent dans mon ciel et laisse leurs empreintes. Bonne ou mauvaise.

J’essai de filtrer, pour que seul le bon puisse passer. Mais il est plus difficile d’entendre ces choses positives, alors que bizarrement, le négatif se fond en moi…

Nous sommes tous des êtres humains, des hommes, des femmes, des parents. Avec nos qualités et nos défauts. Nous sommes ainsi fais, parfois nous essayons même de nous améliorer.

Et nous avons tous notre façon de conduire qui nous ait propre. Avec des attitudes plus ou moins risquées, plus ou moins volontaires…

Il y a des personnes qui rentrent en voiture après une soirée un peu « arrosée », enfant à l’arrière ou pas. On peut aimer rouler vite,  voire très vite, ou le faire par exception, un jour où nous sommes plus en retard que d’autre. On peut se dire qu’attacher ses enfants sur leur siège, pour un petit trajet, c’est plutôt accessoire. Ou prendre son bébé dans ses bras, pendant que la voiture roule, car il pleure. Parfois, on voit également des personnes utiliser leur smartphone en conduisant ou se rouler une clope.

Moi, j’ai également un défaut. Je ne connais pas bien les voitures, je n’entends pas le moteur, je ne la ressens pas. Elle m’emmène en général, d’un point A à un point B, je ne lui en demande pas plus. Je n’ai pas de bons « réflexes » au volant, la conduite c’est pas mon truc… En ville, je me prends souvent quelques trottoirs…

Ce fait est bien involontaire de ma part, et je suis plutôt très prudente et pour moi, les règles de sécurité en voiture étaient primordiales… Mais je suis loin d’être « pilote » et ce jour du 2 décembre 2012, ma maladresse a causé la mort de ma fille.

Aucune prise de risque et pourtant des conséquences terribles.

Alors je serai bien mal placée pour faire la morale aux personnes prenant des risques sciemment, car eux, pour autant que je sache n’ont encore tué personne.

Mais parfois, je me dis que peut être, je n’ai vraiment pas eu de chance de jour là…

7629eb5df8df05e90dd8af1b30101059

Des milliers d’étoiles dans notre ciel…

Les personnes, dans la vie, ce sont autant d’étoiles qui passent dans notre ciel.

Beaucoup d’étoiles filantes, certaines nous éclairent depuis toujours et d’autres nous apparaissent sur le parcours de nos vies. Et puis il y a celles qui s’éteignent ou qui vont briller plus loin.

Quand la vie sombre dans le noir le plus obscur, on ne voit plus rien, les étoiles sont si loin qu’on ne distingue plus leur éclat. Et quand on regarde de nouveau, certaines on disparues…

On ne sait pas pourquoi. Pourquoi ça fait mal comme ça…

Dans le chaos j’ai tâtonné…

Qu’une chose à laquelle m’ancrer et qui ne me quitte jamais : la souffrance. Elle ne me trompe pas, fidèle en toute circonstance. Elle me laisse parfois prendre une respiration… Mais me retrouve toujours à la nuit tombée.

Aujourd’hui, de nouvelles étoiles brillent près de moi, qui parfois m’illumine un peu de leur éclat.

Je me fais parfois l’effet d’un trou noir, qui absorbe et annule la joie qui m’entoure…

Parfois ça glisse sans entrer en moi…

Je vois ça et je ne comprends pas… Et j’espère que d’autre, ne le remarque pas.

 

Tahar Ben Jelloun a dit

« L’amitié ne rend pas le malheur plus léger, mais en se faisant présence et dévouement, elle permet d’en partager le poids et ouvre les portes de l’apaisement »

 

Merci de fond du cœur à ceux qui concourt comme ils le peuvent à cet apaisement.

Merci de me supporter avec ce que je suis aujourd’hui…

Il me faut tourner à mon tour à présent, la page déchirée d’un certain passé…

Et avancer…

eb4129ce

Comme une deuxième maman…

 

Nous attendons nos enfants 9 mois, nous les mettons au monde, confiant leur naissance à des experts.

Puis, il faut souvent bien vite reprendre le travail. Trouver une nounou, celle qui nous fera nous sentir en confiance pour aller travailler le cœur pas trop lourd. Le temps passe, les premières vacances chez papy et mamy. Des nuits loin de nos petits amours.

Leurs voix au téléphone et on est frappé de les entendre, qu’ils sont grands !!

Et puis l’entrée à l’école… Alors là, grosse étape ! Plus pour les parents ou pour les enfants ? Je ne sais pas du tout !

Quand Liah est entrée à l’école, ça a été difficile de ne plus « contrôler » la façon dont se déroulez ses journées. 8h loin de maman, à vivre Sa vie ! Waouh, l’épreuve !

Que fait-elle ? A-t-elle des copines ? A quoi joue-t-elle à la récré ? Etc., etc. ! On aimerait être une petite souris pour tout savoir !

Et bien sûr, quand elle rentré à la maison, je n’avais que quelques brides de sa journée alors qu’elle avait passé 8h loin de moi !!!!! Quelle cruauté ! 😉

Mais c’est le jeu ! Liah avait du mal à me lâcher le matin… Chaque jour, elle pleurait et s’accrochait à moi… La galère ! Mais une fois que j’étais partie, sa journée tranquille ! Ouf !

Bon ça aurait pu être un passage difficile, j’avoue…

Mais c’était sans compter à qui je laissai ma fille… La personne qui prenait le relais auprès de ma douce et de chaque enfant de sa classe.

Je n’aurai pu rêver mieux ! Ai-je déjà croisée une personne plus douce et plus attentionnée avec les enfants ? Ayant une patience d’ange quasiment à toute épreuve ! Qui sait faire les câlins comme maman et de jolies nattes dans les cheveux ?!

Comme j’avais l’esprit tranquille ces 8h loin de Liah, elle était avec LA bonne personne et je connaissais bien ma chance !

Au fil des années je suis bien contente d’avoir pu lui exprimer ma reconnaissance par quelques petits mots et je le fais encore aujourd’hui.

Il y a des personnes qui ne sont qu’amour, qui sont juste magiques et qui savent transmettre tout cela. C’est plus un don qu’une qualité…

Merci d’être ce que vous êtes Cécile, je suis vraiment heureuse que vous ayez partagé la vie de Liah.

2013-07-04 trousse gilles1

Une vue différente de ce 2 décembre…

Chaque année, nous prenons tous plaisir à fêter notre anniversaire…
Le jour de notre arrivée sur cette terre, notre venue en ce monde…

Ce 2 décembre est pour moi une date horrible, un jour maudit, qui va revenir encore et encore… Toujours aussi triste.

Peut-être que l’espace d’un instant, et il faudra beaucoup d’énergie à imaginer cet instant, on peut voir les choses un peu différemment…

Ce 2 décembre 2012, ma petite fée arrivait ailleurs… Un ailleurs que je ne connaitrai jamais de mon vivant… dans cette perspective, si c’est un chouette endroit, sans doute que Liah a passé cette journée tout à fait différemment de nous…

Les nouveaux amis de Liah doivent mesurer la chance qu’ils ont de l’avoir auprès d’eux et nul doute qu’ils lui ont préparé une jolie fête ! Pour ses 1 ans dans ce monde-là, un tout jeune petit ange nommé Liah, a soufflé, dans les rires et les confettis de plume, sa première bougie.

C’est MattéO qui m’a raconté tout ça :

http://www.avecungrando.net/lanniversaire-liah/

Bon anniversaire mon petit ange. Malgré mes larmes, tes rires résonnent toujours en moi.

2562