Tu as raison mon fils…

En tout cas c’est la lumière qui m’attire… Même si je ne sais pas encore où elle est, je n’aurai de cesse de chercher. Je le dois à la vie, et je le dois à mon fils !

Mon fils qui apporte tant de joie à mon cœur en ne s’étant pas arrêté de parler de sa sœur… Bien au contraire !

Ses mots peuvent paraître durs à entendre, difficiles à encaisser… Pour les autres! Car pour moi, au contraire, c’est un plaisir indescriptible…

Indescriptible, car se mêlent tellement de sentiments…

IL regarde le ciel, voit un nuage  « Regarde maman c’est la forme de Liah assise »

Il trouve un sequin doré sur la terrasse et arrive en trombe pour me le montrer « Regarde maman ça vient du ciel ! »

Il se réveille le matin blasé en me disant « Pff Liah m’a empêché de dormir cette nuit, elle m’a fait plein de guilis !! »

« Et dis-moi maman, comment elle vole Liah ? Elle bat des ailes comme un oiseau ou un papillon ? Ou elle vole comme Peter Pan ? » Moi « … »

« Ah mais non je suis bête !! Elle vole comme un ange bien sûr, puisque c’est un ange !! » Et il rigole tellement sa question lui paraît idiote après coup !!

La réponse était tellement simple !

J’écoute tout ça, je prends… Je n’ai jamais besoin de répondre à des questions… Il pense à haute voix, en parle, sans attente particulière…

Ca réchauffe mon cœur qu’il ne l’oublie pas et surtout, qu’il soit dans l’acceptation, qu’il rit en pensant à elle… Un sacré p’tit garçon !

Alors le chemin, c’est Mahé qui me le montre…  Etre avec lui est reposant, je me torture un peu moins l’esprit… Je laisse agir une sorte d’osmose entre nous, qui fait que mon âme se trouve plus apaisée… Un magnifique cadeau qu’il me fait au quotidien…

Comme une fleur que je cueillerais chaque jour et dont j’inspirerais le parfum en me laissant envahir par cette douce senteur…

Tu as raison mon fils, ta sœur est toujours là avec nous, en nous… Et ceci à tout jamais…

??????????????????????

Publicités

3 commentaires sur “Tu as raison mon fils…

  1. Ulysse et Gaïa aussi parlent de Tristan, de façon moins poétique cependant, il s’approprient ce qu’il était, comme pour garder un bout de lui en chacun d’eux pour ne pas qu’il disparaisse complètement, ils se souviennent ce qu’il était, ce qu’il aimait et dans des situations nouvelles imaginent ce qu’il aurait pensé ou aimé. Les enfants ont un univers bien à eux mais cette épreuve les changent eux aussi à jamais. Je le vois bien avec Gaïa, elle aura fêté ses 9 ans l’année dernière petite fille innocente et immature, rêveuse au tempérament de feu, elle fêtera ses 10 ans en fin d’année avec plus plus que 1 an de +, grandie d’un seul coup de plusieurs années de maturité, un brin de sagesse et de responsabilité gagné bien involontairement.

  2. Bien sûr qu’il ne l’oublie pas ! Je suis une soeur qui a perdu son frère, et jamais on ne pourra oublier notre « moitié ». Les paroles de votre fils m’émeuvent au plus haut point !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s