Hurler en silence…

44200540

Je me rends compte qu’il est difficile pour l’entourage, pour toutes sortes de raisons, qui s’entendent tout à fait, de me côtoyer… Moi qui fait partie à présent de la (trop) grande famille des parents endeuillés…

Au gré de mes pérégrinations sur le net, ou de livre parcouru, j’ai lu différentes choses… Appris différentes choses sur le « deuil »… Des choses que l’on ne souhaite jamais connaître… Qui nous sont imposées… Je voulais partager avec vous ce texte, qui est en fait un petit condensé de plusieurs textes que j’ai pris la liberté de remanier. Ces choses je les ai écrites aujourd’hui, mais parfois on aimerait réellement les hurler!!!

1 mois, 3 mois, 1 an nous séparent du départ de notre enfant…

Ne nous demandez pas si nous avons surmonté la perte de notre enfant… Nous ne le surmonterons jamais…

Nous, parents en deuil, avons besoin des autres… Bien que nous ne soyons pas faciles à vivre, nous aimerions rencontrer de la compréhension dans notre entourage… Nous avons besoin de votre soutien…

Nous aimerions que vous n’ayez pas de réserve à prononcer le nom de notre enfant mort, à nous parler de lui… Il a vécu, il est important pour nous, nous avons besoin d’entendre son nom, alors… ne détournez pas la conversation… Cela nous serait doux et nous ferait sentir sa mystérieuse présence…

Si nous sommes émus, en larmes, ce n’est pas que vous nous avez blessés… C’est sa mort qui nous fait pleurer, il nous manque ! Merci à vous de nous avoir permis de pleurer car à chaque fois, notre cœur guérit un peu plus.

N’essayez pas d’oublier notre enfant… Ce serait, à nos yeux, le faire mourir une seconde fois…

Ne comptez pas que dans un an, nous serons guéris… Nous ne serons jamais ex maman ou ex papa… Nous apprendrons à survivre à sa mort malgré l’absence.

Ne nous proposez ni médicaments, ni alcool… Ce ne sont que des béquilles temporaires. Le seul moyen de traverser un deuil, c’est de le vivre. Il faut accepter de souffrir avant de guérir.

Le deuil rend vulnérable aux maladies et aux accidents. Le corps consomme beaucoup plus d’énergie que d’habitude… On peut prendre du poids, en perdre… Dormir comme une marmotte ou devenir insomniaque…

Sachez que tout ce que nous faisons et que vous trouvez un peu fou est tout à fait normal pendant un travail de deuil…

Dépression, colère, culpabilité, frustration, désespoir et remise en cause des croyances et des valeurs fondamentales… Essayez de nous accepter dans l’état où nous sommes momentanément, sans vous froisser.

Le deuil transforme une personne. N’attendez pas que nous revenions comme avant, vous serez sinon, toujours frustrés. Nous devenons de nouvelles personnes, avec de nouvelles valeurs, de nouvelles aspirations…

Dites-nous simplement, que vous vous souvenez de notre enfant, que vous vous rappelez de lui. Laissez-nous parler de lui…

Mentionnez son nom… Pas pour nous faire plaisir, mais avec la pleine conscience qu’il sera toujours notre enfant et qu’il existe réellement, même s’il est mort… Et qu’il est donc normal de parler de lui… Et de le pleurer aussi…

Nous sommes normaux… Merci…

« Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit. » Margueritte Duras

Ca avance!

Aujourd’hui, journée de repos… En ce qui concerne mon emploi…

Mais pour le livre, grosse journée 🙂

Nous arrivons à la fin du travail d’illustration, on passe au peaufinage maintenant!

Tous les jours à y travailler, et à présent 38 illustrations ont été réalisées! Ca n’allait jamais assez vite pour moi et puis comme pour tout…

Les jours ont défilé, défilé et nous voici à présent prêts à passer à l’étape suivante!

J’ai pu continuer à démarcher des imprimeurs, mais nous sommes dans une période de vacances, alors pas évident!

Et ce cher pays de Cognac compte pas mal d’imprimeurs… d’étiquettes pour bouteilles de Cognac!! lol

J’espère que le livre ne prendra pas de retard outre mesure à cause de cela…

J’essaie de me rassurer en me disant qu’à quelques semaines près, on n’aura pas encore oublié ma princesse!

En attendant, encore beaucoup de travail pour m’occuper!

Je suis arrivée aujourd’hui à 110 commandes! Je ferai tout pour que tous, les personnes connaissant Liah et celles souhaitant la découvrir, soient satisfaites de mon travail.

progression schéma

Les montagnes russes…

page2 (555x640)

On fait souvent le parallèle entre la vie et les montagnes russes… Des hauts… Des bas…

Mais si ça allait plus loin que ça? Si nous naissions à la vie comme on monte dans le wagon d’un grand huit?

Tout d’abord, on choisit son wagon… Tout devant  pour être à la tête, ou tout derrière pour ressentir encore plus de sensation… Au milieu, il reste pas mal de place.

Alors on attend que ça démarre… Et c’est parti!!!

Et là? On peut décider de fermer les yeux du début à la fin, la tête entre les jambes ou alors ouvrir grand les yeux pour ne pas louper une miette!

Liah, ça la connaissait les montagnes russes! La recherche de sensation! Première au train de la mine du Parc de la coccinelle… Et les yeux fermés, ce n’était pas pour elle!!

Une chose est sûre, pendant quelques minutes, on n’a plus le contrôle sur rien!! On monte dans le wagon, et jusqu’à la fin du tour, on est coincé… On n’a pas d’autre choix que d’attendre l’arrêt complet du manège!

Et si la vie c’était ça?!!!

Si les choses étaient écrites à l’avance…

On naît, on meurt et tout ce qu’il y a entre les deux est déjà décidé… Et si…

Cela irait même plus loin… On choisirait son wagon… Notre âme choisirait sa destinée, connaîtrait le début, le milieu et la fin…

De bien étranges théories… Mon âme aurait donc choisi son chemin de vie en connaissance de cause…

La fatalité du destin… Il n’y aurait donc rien à faire pour se préserver de telle ou telle chose…

Rien à faire lorsque le moment venu, la catastrophe arrive…

Aucune chance de redresser la situation de reprendre le contrôle de la voiture et d’éviter le pire…

Accepter les choses telles qu’elles sont… Vivre avec l’absurde…

Je suis là et ma fille n’est plus… Selon ces croyances en un destin prédéfini, mon âme serait bien torturée pour s’incarner dans une telle vie…

A moins qu’elle n’est pas choisi, et que les choses se passent différemment… Qu’elle ait eu la mauvaise main lors de la distribution des cartes de la vie…

Ou que pour la punir de je ne sais quelles fautes, on lui ait donné cette affreuse carte et cette affreuse vie pleine de souffrance et de douleur…

Mais que dis-je, je m’égare…

Dans cette vie, j’ai croisé le chemin d’un ange! J’ai vécu 6 merveilleuses années auprès de Liah… Je pense qu’effectivement, connaissant tout le bonheur qu’elle m’apporterait, je choisirais encore cette destinée… Et je monterais dans le même wagon… Encore!

Même si…

Quand les mots ne peuvent sortir…

pageblanche-a8787.1294397714Parfois il n’y a plus de mots… Que des sanglots…

Une perte d’énergie… L’horizon est bien trop sombre…

Et puis il y a un moment où ces sanglots laissent place à d’autres mots… Ils se frayent un chemin au milieu des larmes, prennent le temps de se faire une place, ils veulent sortir et prendre vie…

Encore parler de Liah… Encore parler pour ne pas sombrer…

Les mots s’écrivent, dans mon esprit… Ils dansent ensemble, ont tant à dire…

Mais la fatigue est plus grande, chaque cellule de mon corps tremble du manque… Le manque d’Elle…

Alors… demain peut-être…

Pour toujours ma princesse…

Voilà à présent ma petite princesse devenue ce petit personnage pour mon livre.

Petite fée pleine de gaieté, de douceur, de magie…

Je me demande si cela lui plairait, elle qui aimait bien faire sa star et qui adorait les livres… Là, un livre rien que pour elle!!!

Enfin rien que pour elle… Il y a du monde dans le livre…

Ceux qui ont compté dans sa vie, qui l’aimaient et qui l’aiment encore aujourd’hui…

J’aurais aimé que le livre ait au moins 500 pages, afin que tout ceux qui ont croisé sa vie fassent partie de l’aventure… Mais bien sûr, ce n’était pas possible.

Je sais qu’elle est dans votre coeur et dans vos pensées, c’est bien là le plus important!

Liah adorait écrire dans son journal tout un tas de petites choses… Des choses secrètes bien sûr!!
Mais elle ne résistait pas longtemps avant d’avoir trop trop envie de nous les montrer!

Et c’était toujours des p’tits mots d’amour pour sa « maman adorée », son « papa chéri »…

J’aurais aimé qu’elle ait le temps d’y marquer tout plein d’horreur comme on en écrit tous à l’adolescence…

Mais elle restera pour toujours ma petite princesse adorable… et oh combien adorée…

cropped-liah-c3a9crit.jpg

La métamorphose de Liah

Oui, Liah est toujours avec nous, si présente encore dans nos cœurs.

Et j’essaie, en écrivant mon livre, d’en laisser un souvenir plein de douceur… Quelque chose qui s’adresse aux adultes mais aussi aux enfants.

Alors je l’ai fait lire à des personnes ne connaissant pas Liah, à des personnes ayant des enfants, pour être sûre de ne pas être à côté de la plaque ! Car parfois, il faut avouer qu’il est difficile de prendre le recul nécessaire. Petit trac et grand stress, mais je n’ai eu que de bons retours. Ca m’a beaucoup encouragée à continuer, à faire évoluer mon texte…

Pour aboutir à quelque chose de vraiment fidèle à ce qu’elle était, fidèle au message que je veux transmettre.

Mon projet n’était plus qu’entre elle et moi ! Il devenait de plus en plus réel…

Je me suis ensuite lancée dans la recherche d’un illustrateur. Pendant des semaines, j’ai échangé avec un bon nombre d’entre eux, à la recherche du bon. Celui qui arriverait à retransmettre la poésie et la douceur de ma petite fée, en gardant sa fraîcheur et son piquant ! Arrivant à retranscrire sa magie et son énergie.

Bien sûr, ils n’avaient que des photos et mes explications pour arriver au résultat que je voulais. Cela n’a donc pas été sans mal, loin de là ! Je n’ai pas été loin d’abandonner, car ils tombaient tous complètement à côté…

Mais une jeune fille est sortie du lot ! Sa jeunesse et sa fraîcheur ont eu raison de la grande expérience de certains dessinateurs !

Quand je leur ai annoncé mon choix final, certains ont été extrêmement déçus… Et quelque part, cela m’a fait plaisir… Car ils voulaient faire partie de l’aventure ! Cela donnait un côté de moins en moins fantaisiste à tout cela…

Nous travaillons chaque jour à l’avancée du livre. Il y a beaucoup d’illustrations, alors cela prend du temps.

En attendant la suite, je vous présente la couverture  du livre, j’espère qu’elle vous plaira.

Liah s’est métamorphosée de petite fille à un personnage de livre…

Je pense que ça participe au fait qu’elle continue à exister, mais d’une façon totalement différente…

couverture finalisé2 (2) (800x800)

Tu as raison mon fils…

En tout cas c’est la lumière qui m’attire… Même si je ne sais pas encore où elle est, je n’aurai de cesse de chercher. Je le dois à la vie, et je le dois à mon fils !

Mon fils qui apporte tant de joie à mon cœur en ne s’étant pas arrêté de parler de sa sœur… Bien au contraire !

Ses mots peuvent paraître durs à entendre, difficiles à encaisser… Pour les autres! Car pour moi, au contraire, c’est un plaisir indescriptible…

Indescriptible, car se mêlent tellement de sentiments…

IL regarde le ciel, voit un nuage  « Regarde maman c’est la forme de Liah assise »

Il trouve un sequin doré sur la terrasse et arrive en trombe pour me le montrer « Regarde maman ça vient du ciel ! »

Il se réveille le matin blasé en me disant « Pff Liah m’a empêché de dormir cette nuit, elle m’a fait plein de guilis !! »

« Et dis-moi maman, comment elle vole Liah ? Elle bat des ailes comme un oiseau ou un papillon ? Ou elle vole comme Peter Pan ? » Moi « … »

« Ah mais non je suis bête !! Elle vole comme un ange bien sûr, puisque c’est un ange !! » Et il rigole tellement sa question lui paraît idiote après coup !!

La réponse était tellement simple !

J’écoute tout ça, je prends… Je n’ai jamais besoin de répondre à des questions… Il pense à haute voix, en parle, sans attente particulière…

Ca réchauffe mon cœur qu’il ne l’oublie pas et surtout, qu’il soit dans l’acceptation, qu’il rit en pensant à elle… Un sacré p’tit garçon !

Alors le chemin, c’est Mahé qui me le montre…  Etre avec lui est reposant, je me torture un peu moins l’esprit… Je laisse agir une sorte d’osmose entre nous, qui fait que mon âme se trouve plus apaisée… Un magnifique cadeau qu’il me fait au quotidien…

Comme une fleur que je cueillerais chaque jour et dont j’inspirerais le parfum en me laissant envahir par cette douce senteur…

Tu as raison mon fils, ta sœur est toujours là avec nous, en nous… Et ceci à tout jamais…

??????????????????????

Aller retour dans les ténèbres…

P11508984Notre petite lumière s’est éteinte…

Et à la fois, elle brille plus fort que jamais ! Souvent on dirait qu’elle clignote.

De faible lueur, elle devient lumière éblouissante qui recouvre tout et fait mal aux yeux…

Mais c’est de ténèbres que mon monde est recouvert…

Lorsque vous restez dans l’obscurité trop longtemps et que vous sortez au grand jour, la lumière vous éblouit, vous vous cachez les yeux… Vous n’y voyez rien… Parfois j’erre dans ces ténèbres quand soudain, une pensée agréable de Liah vient me heurter… Une vidéo amusante, une anecdote oubliée qui ressurgit, ou le mieux: quelqu’un me parle d’Elle…

La lumière apparaît alors dans mon coeur, je m’éclaire… Je profite de cet instant… Je deviens volubile…

Mais c’est trop fort, je ne vois plus rien… Je cherche mon souffle… La souffrance de la véritable absence est là, les ténèbres me guettent et m’engouffrent…

En parlant d’elle, j’ai réussi à tromper mon cœur quelques secondes, mais le subterfuge est de courte durée… Je ne peux apprécier ce moment trop longtemps, le sourire ne peut s’attarder un instant de plus sur mes lèvres… Un sourire ??? Mais je ne pourrai pas rentrer l’embrasser! La serrer contre moi! Lui dire des mots doux! Alors, continuer de sourire est impossible…

Je ne peux pas encore me satisfaire uniquement de cette lumière que j’ai pourtant sentie scintiller en moi… Pas encore, mais je le sens… le chemin se trouve par là… Juste que mon âme se tourmente trop, la paix n’est pas encore possible…

Je suis de retour dans les ténèbres, mais je ne veux pas m’y attarder… Je tâtonne un peu, je trouve mon pc… Quelques mots à écrire et à partager, la peine me semble alors un peu moins lourde à porter… Au moins l’espace de quelques minutes…

Un jour je l’espère, la lumière clignotera si vite, que j’aurai l’impression d’évoluer sans cesse dans la lumière… Sa lumière ?

Notre petite lumière…

1010178_10201443802718254_130613614_n

J’ai toujours trouvé étrange le discours de ma princesse… Ses questions sur Dieu, qu’elle joue à parler aux anges… Qu’elle ait l’envie de visiter les églises et les cimetières…

Tous les enfants ne font pas ça ? Je me trompe ?

Mais il faut reconnaître qu’ils sont assez forts pour se trouver des lubies qui étonnent leurs parents… Alors nous satisfaisions au mieux sa curiosité… Sans trop nous poser de question…

Je me suis même trainée à une messe de Noël pour lui faire plaisir ! C’est elle qui m’a fait plaisir, elle a détesté ! Elle s’attendait sans doute à quelque chose de plus magique, plus extraordinaire…

Ça n’a rien changé à son intérêt pour toutes ces choses, seulement elle préférait faire à sa sauce.

Un jour, mon mari a accepté d’entrer dans le cimetière de notre commune, lors d’une balade à pied. Depuis le temps que « ces châteaux » l’intéressaient ! Elle était heureuse comme tout, et très curieuse des personnes qui y reposaient, de voir l’intérieur des chapelles… Cela peut paraître carrément bizarre, mais devant ses demandes répétées, nous on s’est dit, pourquoi pas…

Aujourd’hui c’est très étrange d’y retourner avec Mahé… Dire que Liah lui avait fait visiter le cimetière dans les moindres recoins peu de temps avant l’accident…

Il fait de même aujourd’hui avec les personnes qui se rendent parfois avec nous au cimetière… Ça me donne le vertige tant ça lui paraît naturel, et qu’à moi ça me fend le cœur de le voir sur la tombe de sa sœur…

Un sacré petit bonhomme…

Bercé par la magie de sa sœur… Elle qui lui parlait des anges… Pour lui c’est tout naturellement qu’elle a rejoint ceux avec lesquels elle avait tant envie de voler…

Et pour nous… Et bien… Il faut avouer que c’est assez troublant… Mais je pense que quelque part, on s’appuie aussi là-dessus pour arriver à continuer d’avancer…

Elle est notre petite lumière…

Un peu de spiritualité!

A partir de ce moment, j’avais déjà un peu en tête la direction du livre…

Témoin de la souffrance de toutes les personnes aimant Liah et surtout de celle de ses p’tits camarades, je tenais à leur apporter un message… Les rassurer… Le truc un peu impossible… Mais peut être pas…

Alors dans ce livre, j’explique la joie de vivre de Liah… Sa vision de la vie, qui était parfois un peu singulière…

Je ne suis d’aucune religion, mon mari non plus…

Lors du premier « vrai » Noël de Liah, elle avait un peu moins de 2 ans. Le précédent, elle n’était qu’un bébé… Et donc les préparatifs s’organisent, les jolies décorations de Noël dans les magasins. On choisit quelques nouvelles guirlandes, de jolies boules, et un beau sapin pour mettre dans le salon.

On décore notre sapin, il est tout chouette, il brille. Alors je sors du carton, la crèche de Noël traditionnelle. Pas la peine de se poser mille questions sur Jésus, Marie etc… pour fêter Noël, naissance de Jésus, une fête purement chrétienne finalement…

Pas la peine de se poser des questions ?? Ah pour moi, oui ! Mais pour ma fille… Il en a été tout autre !!

Elle n’a fait que jouer avec les figurines, partout où nous allions à cette période. C’était rigolo, humm… Moi je trouvais en tout cas… Bon sauf que ok, bien évidemment, ce ne sont pas des jouets, pensons parfois à fixer quelques limites à nos chers bambins… Au moins chez les autres !!! 😉

En tout cas, j’ai eu le droit à quelques questions de sa part… C’est qui ?? Et elle c’est qui ?? Bon… un peu de culture des religions, ça va là c’est encore du basique, j’ai !

Mais au fil des années… ça s’est un peu corsé… Et je n’ai pas été la seule à peiner à expliquer certaines choses par rapport à Jésus et sa drôle de vie. Chemin de croix, crucifixion etc…

Il fallait aller voir les icones dans les églises et tout lui expliquer, ça l’intriguait à un point…

Et le fait que nous n’ayons que très peu de réponses, n’aidait pas vraiment à calmer sa soif de connaissance à ce sujet…

Du haut de ses 6 ans, elle voulait s’ouvrir à une certaine spiritualité… Il y aurait des mosquées ou des temples dans mon coin, je pense que ça aurait été la même chose…

Elle pouvait être très terre à terre parfois, mais je pense qu’elle avait une richesse spirituelle, une philosophie de vie qui se profilait un peu au-delà des sentiers battus…

Et ça l’agaçait prodigieusement que je sois au ras des pâquerettes dans ce domaine-là ! Elle n’était pas toujours… aussi Zen que ça! 🙂

23770_1433702203820_5882550_n